Carte de France du groupe jeune
Carte de France du groupe jeune


Forum International des Jeunes

26 août au 02 septembre 2012 - Islande

Forum International des Jeunes 2012

Avant-propos

Opérant dans le cadre de la Fédération Internationale des Organisations de Donneurs de Sang (FIODS), le «Comité International des Jeunes» (ou International Youth Committee en anglais) est une structure de concertation et de coordination rassemblant des jeunes militants de la cause du don du sang.

 

En 2012, l'IYC est dirigé par une équipe de trois personnes :

 

Marijana Fedoroff (Malte) : Présidente

Michail Drougos (Grèce) : Trésorier

Horia Bugner (Roumanie) : Secrétaire

 

Les objectifs de ce comité sont identifiés dans les statuts de la FIODS et sont notamment de :

  • encourager et soutenir la création d'organisations de jeunes donneurs de sang volontaires et non-rémunérés dans les pays où elles n'existeraient pas,
  • encourager les relations et la coopération amicale par le jumelage et l'établissement des liens réguliers, parmi les organisations membres de la FIODS,
  • représenter partout les donneurs de sang jeunes et volontaires d'une façon permanente et assurer que leurs intérêts sont défendus.

 

A ces fins, elle organise depuis 2001 et de manière annuelle une rencontre des jeunes, ouverte de manière assez large à l'ensemble de la communauté internationale.

 

Dans ce contexte, le présent document constitue un rapport pour la France sur la 12ème édition en Islande, constituée cette année d'une part d'un pré-forum qui s'est tenu du 26 au 29 août, puis, d'autre part, du forum à proprement parler du 30 août au 02 septembre.

Le Pré-Forum des Jeunes 2012

Les participants

Cette année, avant le forum à proprement parler, un « pré-forum » était organisé et ouvert à un nombre limité de participants. Les dix premiers pays répondant à l'invitation pouvaient envoyer deux représentants (si possible, un homme et une femme) afin d'échanger et de travailler dans un cadre privilégié.

 

Etaient au final représentés au cours de ce pré-forum : Allemagne, Azerbaïdjan, Danemark, France, Islande, Italie, Malte, Pays-Bas, Roumanie, Russie.

 

Il nous avait été demandé de préparer une analyse SWOT des associations de bénévole dans chaque pays : Strengths (Forces) – Weaknesses (Faiblesses) – Opportunities (Opportunités) – Threats (Menaces).

Ceci afin que chaque participant soit bien informé des pratiques dans son pays et puisse échanger et débattre de façon active avec les autres pays en connaissance de cause.

L'Open Space Meeting

L'Open Space Meeting (comprendre réunion en espace ouvert) est une approche pour animer des cours de formation, des conférences, des réunions d'entreprise, des évènements communautaires, etc. , axés sur un but ou une tâche précise et importante ; mais en commençant sans ordre du jour formel, au-delà de l'objectif global ou du thème.

Les jeunes d'Islande ont fait appel à un expert pour permettre au groupe d'expérimenter cette méthode.

 

Les principes de l'Open Space Meeting sont les suivants :

 

- Whoever is there is the right one. Peu importe qui participe, il s'agit de la bonne personne. Cette règle rappelle aux participants qu'ils n'ont pas besoin du PDG et d'une centaine d'employés pour faire la moindre des choses, il suffit d'avoir la volonté et le cœur. Puisqu'il n'y a aucun directeur ou président dans les réunions en espace ouvert, tout le monde peut participer d'égal à égal.

 

- Whenever the meeting starts is the right time. Peu importe quand la réunion commence, c'est le bon moment, rappelant aux participants que « l'esprit et la créativité ne fonctionnent pas selon une horloge ».

 

- Wherever it happens is the right place. Peu importe où la réunion se déroule, il s'agit toujours du bon endroit ; rappelant aux participants que l'espace est ouvert partout et tout le temps.

 

- Whatever happens is the only thing that could have happened. Quoiqu'il arrive, c'est la seule chose qui aurait pu arriver ; rappelant aux participants que lorsque quelque chose s'est passé, c'est fait, il est inutile de s'inquiéter, se plaindre ou ressasser ce qui est arrivé, on ne peut changer ce qui est arrivé et il est temps de passer à autre chose.

 

- When it's over, it's over. Quand c'est fini, c'est fini ; rappelant aux participants que nous ne savons jamais combien de temps il faudra pour résoudre un problème, une fois soulevé, mais que chaque fois que la question ou le travail ou la conversation est terminée, il est temps de passer à la question suivante, peu importe combien de temps il resterait pour finir le travail.

 

- Law of two feet. Il y a aussi la loi des deux pieds :si à tout moment pendant le temps de réunion, un participant se trouve dans une situation où il n'est ni en situation d'apprendre, ni de contribuer, il devra utiliser ses deux pieds et aller dans un endroit plus utile. De cette façon, tous les participants reçoivent à la fois le droit et le devoir de maximiser leur apprentissage et leur contribution. Cette loi suppose que les participants eux-mêmes et eux-seuls sont aptes à juger et à contrôler leur participation.

 

Les sujets de discussion ont été lancés à l'initiative des participants eux-mêmes, selon leurs interrogations, leurs besoins dans les associations. Chaque initiateur de discussion proposait son thème aux autres participants qui décidaient ou non de participer à cet échange. A l'issue d'un groupe de discussion, un rapport était rédigé et affiché sur le mur d'information pour la lecture de chacun.

L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting

Ci-dessous quelques exemples de sujets abordés avec certaines conclusions :

 

Comment recruter de nouveaux donneurs et maintenir notre « vivier » actuel ?

- Selon les pays, les bénévoles n'ont pas les mêmes contacts avec les donneurs. En France, à Malte ou au Danemark par exemple, les associations ne gèrent pas les fichiers de donneurs ; ceci étant fait par les banques de prélèvement, dissociées du bénévolat.

- Dans d'autres pays, comme Azerbaïdjan, les associations sont chargées de créer cette base de donneurs et de l'enrichir, c'est pourquoi des évènements, comme des concerts, des soirées, sont organisés pour inscrire de nouveaux donneurs

 

Les possibilités de financement de nos associations

- Obtenir des subventions publiques (qui pourraient augmenter avec les besoins en sang)

- Rechercher des sponsors

- Faire des jumelages, partenariats

- Trouver les compétences nécessaires au fonctionnement de l'association parmi les membres pour ne pas avoir à payer (pour gérer le site internet, créer des affiches de promotion…)

- Dans certains pays, s'ils en ont la volonté, les employés peuvent être prélevés sur leurs salaires pour financer une ONG

 

Le recrutement des donneurs parmi les minorités ethniques

- Le risque d'avoir peu de donneurs issus des minorités ethniques (personnes nées à l'étranger ou ayant au moins un parent étranger) est un jour de manquer de sang ayant les caractéristiques appropriées pour un malade. Ce risque peut être d'autant plus élevé que, pour certaines populations, la pratique ou les confessions religieuses créent une rareté en termes de don.

- Il a été proposé de trouver une personne porte-parole pour entrer en contact et donner les explications nécessaires pour toucher ces donneurs, via un imam par exemple

- Faire en sorte que ces personnes se sentent à l'aise lorsqu'elles viennent donner (faire une collecte près d'une mosquée par exemple, ou dans un quartier musulman)

 

L'utilisation des réseaux sociaux dans nos associations

- Tous les participants se sont accordés pour dire que les médias internet sont utiles et permettent de renforcer la communication auprès des jeunes ; à conditions que ces moyens soient déjà largement utilisés

- Les jeunes Danois postent régulièrement des informations sur sa page Facebook qui est consultée par de nombreux membres

- En Allemagne une application I-Phone a été développée pour trouver les collectes les plus proches

- Les jeunes Italiens ont réalisé une vidéo présentant leurs activités

- La principale difficulté est de maintenir à jour les données pour susciter l'intérêt des visiteurs, quand peu de membres sont en capacité d'administrer les sites ou pages

- Une solution pourrait être de former plus de bénévoles afin de partager les tâches de mise à jour

- Il ne faut pas oublier que sur les réseaux sociaux, profils publics (au nom de l'association) et privés sont confondus

 

Les différentes structures des comités jeunes à travers le monde

- Certains pays ont un quota de membres, avec des représentants pour chacune des régions

- L'Italie accepte actuellement des jeunes jusqu'à 35 ans mais travaille pour changer cette limite à 30 ans

- Il n'y a pas de système meilleur que les autres, puisqu'il dépend essentiellement du nombre de volontaires engagés

- Les groupes jeunes ont un rôle important pour apporter une nouvelle vision des choses, aider les jeunes à intégrer le bénévolat, qui seront par la suite les membres des organisations « seniors »

 

Les différentes structures de donneurs de sang en Europe : diversité ou désordre ?

- Les organisations de donneurs de sang sont-elles vraiment différentes dans leurs structures et leurs objectifs ?

- Est-il préférable d'avoir une ou plusieurs organisations dans chaque pays ?

- Certaines organisations ont à charge à la fois de collecter le sang et de faire la promotion pour recruter les donneurs, comme AVIS en Italie, la Croix Rouge en Allemagne, Russie, Azerbaïdjan ou Sanquin aux Pays-Bas ; alors que dans d'autres pays, les organisations bénévoles ne s'occupent que de la promotion, comme la FFDSB en France, BiD au Danemark

- Ces différences proviennent des lois en place, des évolutions dans la transfusion

- Avoir plusieurs structures dans un même pays peut désavantager ce pays sur la scène internationale, par un manque d'unité et de cohésion du système

 

Coopération entre les comités jeunes et les organisations « seniors »

- Pour tous les pays, les relations entre les plus jeunes et les plus anciens sont fructueuses, à condition de communiquer, faire des réunions formelles, poursuivre les objectifs jeunes en prenant en compte ceux plus généraux de la structure

 

Comment démarrer une association à partir d'une idée ?

- Commencer par contacter et regrouper plusieurs personnes, des amis, par Facebook, au sein de communautés étudiantes, groupes ou associations existantes

- Définir clairement le but de l'association, les objectifs à atteindre, les valeurs à défendre

- Partager des tâches réalistes entre les membres

- Trouver des fonds

- Définir les moyens de communication, fixer des dates de réunions

- Se renseigner sur les réglementations applicables à l'association

 

Critères pour donner ; la polémique actuelle à propos des hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes

 

Comment manager un groupe : organisation et partage des responsabilités

 

 

A l'issue des travaux, l'ensemble des thèmes abordés a été compilé pour l'élaboration d'un livre de bonnes pratiques sur nos organisations.

Le Forum des Jeunes 2012

Les participants de la 12ème édition

En plus des participants du pré-forum, des participants d'autres pays sont venus rejoindre les troupes : Albanie, Corée du Sud, Géorgie, Lithuanie et Norvège par exemple.

 

De manière non exhaustive, voici quelques photos des différentes délégations :

Les participants de la 12ème édition
Les participants de la 12ème édition
Les participants de la 12ème édition
Les participants de la 12ème édition
Les participants de la 12ème édition
Les participants de la 12ème édition

Le marché

Comme chaque année, le forum des jeunes débute traditionnellement par un marché. Le concept en est simple : apporter un maximum de produits nationaux de promotion du don dans le but de pouvoir les présenter aux autres pays PUIS de les échanger.

 

Pour la France, un ensemble de produits avait été fourni par la FFDSB et ramené en Islande pour le marché. Il s'agissait : de ballons, de taps-taps, de stylos, de porte-clés, d'affiches Miss France 2012…

 

La « règle » du jeu lors de ce marché était à la fois de présenter une large diversité de produits mais aussi un peu de rivaliser avec les autres pays ( !) et d'avoir une élégante présentation.

 

A côté des produits promotionnels usuels, de nombreux pays ont pris l'initiative de ramener des produits locaux, du terroir ou représentatifs du pays. De notre côté, nous avions amené en Islande : fromage, saucissons, vin blanc liquoreux, caramels, calissons et nougats ! Les produits (promotionnels et alimentaires) furent rapidement « engloutis » !

 

Cette séquence « marché » s'est clôturée par une présentation des différentes délégations. La France a pu notamment faire une présentation de sa structuration et de ses actions.

Le marché
Le marché
Le marché
Le marché
Le marché

L'Open Space Meeting

Contrairement à l'année précédente, où cinq ateliers de travail avaient été prévus par exemple, le forum international des jeunes a consisté en un « Open Space Meeting » sur le thème de la communication : comment sensibiliser les donneurs et bénévoles ?

 

Le concept et le fonctionnement étaient donc similaires au travail réalisé lors du pré-forum. Le nombre de participants plus élevé et les contraintes de calendrier ne laissaient par contre pas la possibilité d'atteindre le même résultat.

L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting
L'Open Space Meeting

La réunion des représentants du IYC

Au cours du Forum des Jeunes était prévue une réunion des représentants des différentes délégations. Un certain nombre de sujets à l'ordre du jour ont été traités.

 

Projet de modification des procédures – extension des membres de l'IYC


Un rapide point a été fait concernant les nouveaux statuts et procédures de l'IYC (déjà abordé lors du précédent forum). Quatre nouveaux postes, correspondant à des délégués continentaux, sont ouverts pour représenter Afrique, Amérique, Asie et Europe. Des élections seront organisées dans ce sens en 2013

 

Après échanges, il est décidé que chaque délégation nationale examine « à la maison » ces nouveaux statuts. La remontée au niveau de l'IYC d'éventuels candidats sera notamment à envisager.

 

Présentation du nouveau site internet du IYC


Suite à d'intenses travaux et efforts en 2012, une présentation a été faite du nouveau site internet de l'IYC. Celui-ci est notamment distinct et « autonome » vis-à-vis du site de la FIODS. Un premier cœur d'article est d'ores et déjà présent ; toutefois, des améliorations, compléments et traductions sont encore prévus à l'avenir.

 

La délégation française a accepté de se charger de la traduction française du site internet (uniquement en anglais pour l'instant).

 

Adresse internet : www.iyc-fiods.org

 

Projets de l'IYC pour 2013


Au cours de la réunion des représentants, deux projets restent en suspens.

 

Le projet de livre sur l'IYC, décidé en 2012, est poursuivi cette année. Le document a vocation à décrire ce qu'est l'IYC, les précédentes éditions du forum, ses différents participants (actuels ou passé), etc. Le livre a vocation à être publié sous format papier et électronique afin de pouvoir aisément être mis à jour.

 

Un autre axe de réflexion est ouvert concernant la mise en œuvre d'un nouveau groupe, qui s'adosserait à l'IYC. Cette éventuelle structure disposerait de conditions de participation assouplies et rassemblerait notamment des jeunes au-delà de 30 ans.

Conclusions

Ce Forum International des Jeunes 2012 a été à plusieurs égards source de nombreux enseignements et riche d'expériences. A travers une mécanique globalement bien huilée et établie, s'enchaînent et s'alternent rencontres, séances de travail et sorties ludiques…

 

A l'issue de cette participation au forum et des différentes expériences vécues, il peut être intéressant de tirer quelques leçons. Voici donc quelques conseils ou recommandations que l'on pourrait donner en vue de la participation de futurs candidats français aux prochaines éditions du Forum International des Jeunes.

 

1. Savoir parler anglais !


Au vu de l'hétérogénéité des participants, la maîtrise de la langue anglaise apparaît tout d'abord comme un fondamental ! L'expression et la compréhension orale doivent à la fois être des acquis pour les échanges quotidiens mais également en vue des différentes sessions de travail. Exprimer des idées ou défendre des points de vue doivent ainsi pouvoir être possibles pour le candidat (notamment pour ceux qui ont vocation à représenter leurs pays lors de la réunion des représentants).

 

2. Etre ouvert et avoir envie de dialoguer !


Le forum étant propice aux échanges et aux débats, il s'agit également de pouvoir témoigner de certaines qualités personnelles et savoir-être : ouverture, écoute, capacités de dialogue, capacités d'organisation et d'initiative, bref un bon relationnel !

 

3. Connaître le don !

 

Le forum, à travers notamment ses ateliers de travail, exige un minimum de connaissances. Une bonne culture du monde de la transfusion sanguine semble nécessaire : en termes de procédures existantes, des liens entre EFS et associations du don, les actions ou dossiers en cours, etc. Il ne semble pas en revanche utile d'être un fin connaisseur de toutes les procédures médicales ni d'avoir une expertise forte sur des questions techniques.

 

4. Se préparer !


Dans la mesure du possible, afin d'optimiser la participation à l'événement, une préparation en amont du forum semble aussi indiquée : préparation du matériel promotionnel ramené, connaissance du groupe jeunes et de ses actions, etc

Contact au niveau national :
Groupe Jeune de la FFDSB

Contact pour ce rapport :
Hélène BOUCHY & Jean SENG

Télécharger le compte rendu du forum International des Jeunes 2012